Faits et chiffres

visuel-population

Qui ?

  • Le taux de prévalence globale (pourcentage de la population atteinte) de la maladie de Verneuil est estimé à  1 %1.
  • Toutefois, cette affection n’est souvent pas reconnue par les médecins non spécialistes de la peau et le nombre de personnes qui reçoivent effectivement un diagnostic de maladie de Verneuil semble sous-évalué2.
  • La maladie apparaît généralement chez les jeunes adultes au début de la vingtaine, mais elle peut survenir à tout âge. La prévalence diminue habituellement après l’âge de 50  ans3.
  • Les femmes sont trois fois plus souvent atteintes que les hommes par la maladie de Verneuil3.
visuel-zone

Quoi ?

  • La maladie de Verneuil est une maladie inflammatoire chronique et invalidante de la peau caractérisée par des  lésions cutanées inflammatoires répétitives, généralement situées profondément dans les zones corporelles riches en glandes apocrines – le plus souvent les régions axillaire, inguinale et anogénitale1.
    Ces lésions cutanées sont généralement douloureuses et se présentent sous forme de nodules (formation anormale, arrondie, palpable dans ou sous la peau).
Zone fréquement touchées

Où ?

  • Les zones les plus fréquemment touchées dans la maladie de Verneuil sont les zones riches en glandes apocrines (glandes sudoripares dans les régions ayant de nombreux follicules pileux), comme l’aine, le pubis, le pli inter-fessier, mais aussi l’ aisselle et les zones entre et sous les seins.
    Plus rarement, on observe des lésions au niveau de la nuque et derrière les oreilles1.
Cause de la maladie de Verneuil

Pourquoi ?

  • Bien que les causes exactes de la maladie de Verneuil ne soient pas connues avec exactitude, des  recherches récentes ont permis d’émettre l’hypothèse selon laquelle les lésions enflammées associées à la maladie de Verneuil seraient la conséquence de l’occlusion des follicules pileux (phénomène primaire),  suivie de la rupture des glandes sudoripares apocrines (qui se trouvent dans des régions comme les aisselles et l’aine), engendrant une inflammation4.  Plusieurs études suggèrent également le rôle d’un  dysfonctionnement du système immunitaire dans cette maladie4. La maladie de Verneuil n’est ni infectieuse, ni contagieuse, ni due à un manque d’hygiène5.
visuel-dermatologue

Quand faut-il en parler à un dermatologue ?

  • Si vous ou une personne de votre entourage présentez des nodules ou des furoncles douloureux et récurrents au niveau des aisselles ou de l’aine, il est important de consulter un dermatologue pour obtenir un diagnostic et des soins adéquats. Consultez la section « En parler à son dermatologue » pour obtenir des renseignements et des conseils qui vous aideront à mieux expliquer vos symptômes lors de la discussion avec un professionnel de  santé.

     

REFERENCES:

  1. Revuz J. Hidradenitis suppurativa. JEADV 2009, 23, 985-98.
  2. Dufour DN, et al. Hidradenitis suppurativa: a common and burdensome, yet under-recognised inflammatory skin disease. Postgrad Med J 2014;90:216-221.
  3. Jemec G. Hidradenitis Suppurativa. N Engl J Med 2012;366:158-64.
  4. Kelly G et al. Hidradenitis suppurativa: the role of immune dysregulation. Internal journal of dermatology. 2014, Doi: 10,111/ijd,12550, 1-11.
  5. British association of dermatologists. Hidradenitis suppurativa patient leaflet.Disponible à : http://www.bad.org.uk/for-the-public/patientinformation-leaflets [consulté le 01 08 2015].
  6. Revuz J. Et al. Prevalence and factors associated with hidradenitis suppurativa: results from two case-control studies. J AM ACAD DERMATOL 2008, volume 59, number 4, 596-601
  7. Population totale par sexe et âge au 1er janvier 2015, France y compris Mayotte. Insee, estimations de population (résultats provisoires arrêtés à fin 2014).